20200811_125254.jpg

En effet dans plusieurs pays africains, ces organismes publics de financement comme la Banque Africaine de Développement (BAD) et la Banque Mondiale (BM) occupent le leadership du groupe des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et participent aujourd’hui à l’effort crucial de lutte contre la pauvreté et la réalisation d’infrastructures.


Cependant, les opérations des IFIs/BMLDs n’apportent pas toujours le bonheur dans les communautés hôtes et ces dernières manquent très souvent d’expertise et de moyens pour apprécier leur travail et contraindre ces acteurs économiques particuliers de rendre compte lorsque les projets qu’ils financent occasionnent des impacts négatifs sur leurs droits.


A titre d’exemples, le projet de centrale à charbon de 125 MW Sendou à Bargny visant à résorber le déficit énergétique chronique du Sénégal a occasionné un conflit foncier, la perte de moyens de subsistance de plus de 1000 femmes menacées de délocalisation et autant de pêcheurs ; mais également des risques environnementaux énormes, sans pour autant que les communautés locales soient informées, éclairées et édifiées sur leur avenir. 


Un autre projet, le projet Train Express Régional (TER) visant à accroitre la mobilité dans une zone qui concentre un quart de la population sénégalaise et génère plus de la moitié du PIB national a engendré le déplacement de 14465 PAP et la paupérisation de près de 2000 familles dans le Département de Dakar et sa banlieue.


Dans ce contexte, la société civile de façon générale doit être beaucoup plus attentive aux opérations et impacts des IFIs/BMLDs, afin de jouer pleinement son rôle intrinsèque de veille et d’alerte. Or, elle ne dispose pas toujours des capacités et/ou des connaissances nécessaires sur ces acteurs financiers spéciaux pour pouvoir effectivement s’engager.


C’est pourquoi, afin de réduire le gap de connaissances des IFIs, LSD organise partout en Afrique des ateliers de renforcement de capacités et de stratégies sur les politiques de transparence et de redevabilité des Institutions Financières Internationales et spécifiquement sur la Banque Africaine de Développement (BAD)

Renforcement de Capacités: Formation des femmes impactées par le Projet Train Express régional sur l'usage des réseaux sociaux, du 09 au 10 Novembre 2021. Lumière Synergie pour le Développement a organisé pendant deux jours à Dakar une formation sur les outils numériques pour les femmes impactées par le projet TER. L'objectif de cette formation était d'outiller les femmes afin qu'elles puissent mener leur plaidoyer contre la BAD à travers les réseaux sociaux.

9eeec56f-6f45-49de-88a5-9c22e99c4859.JPG

Atelier régional de renforcement de capacités: Les communautés affectées prennent la parole face à la Banque Africaine de Développement - L’organisation Lumière Synergie pour le Développement organise un atelier régional de renforcement de capacités des organisations de la société et des Communautés sur les engagements dans le domaine de la Finance Verte et les politiques de redevabilité de la Banque Africaine de Développement à Abidjan en Côte d’Ivoire du 5 au 6 octobre 2021. L’objectif général de cette rencontre est d’outiller les Organisations de la Société Civile et les communautés hôtes de projets de la Banque Africaine de Développement afin d'accroître leurs connaissances sur les stratégies de l’institution dans les domaines de la Finance Verte, la Transition Énergétique et les Politiques de Redevabilité.

Autonomisation des femmes- Atelier de formation sur les techniques de fumage et de séchage améliorées pour les femmes transformatrices de Khelcom/Bargny. Du 29 juin au 1er juillet 2021 LSD a organisé un atelier de renforcement de capacités pour les femmes de Khelcom, un pas de plus vers une autonomisation financière.