Rechercher

Dakar : Les femmes impactées par le TER formées sur l’utilisation des Réseaux Sociaux


Les femmes impactées par le projet Train Express Régional dans le département de Dakar ont bénéficié d’une formation sur l’utilisation des outils numériques et des réseaux sociaux les 09 et 10 novembre à Dakar.



En outillant les femmes impactées par le projet TER sur l’usage des réseaux sociaux, LSD veut leur donner les moyens de porter leur propre plaidoyer et de toucher le maximum de personnes, a déclaré la deuxième vice-présidente et facilitatrice communautaire de LSD Madame Aby Dia. Cette dernière qui rappelle que cette formation est une continuité dans la lutte pour le respect des droits des femmes impactées déclare : «Lorsque les victimes communiquent elles-mêmes sur les difficultés qu’elles vivent, il y a toujours plus d’impact. LSD a déjà fait l’expérience avec les femmes transformatrices de poissons de Khelcom/Bargny qui ont porté le plaidoyer contre la centrale à charbon de Sendou avec un franc succès ».


Mais LSD ne va pas se limiter sur cette formation rassure Aby Dia : « Nous allons enchainer prochainement avec un media training pour apprendre aux femmes les meilleures techniques de prise de parole en public afin de faciliter leurs échanges avec la presse ». Pour sa part, la coordinatrice des Personnes Affectées par le Projet Train Express Régional Madame Fatou Dione a déclaré que « cette formation est d’une importance capitale pour nous les femmes impactées du TER dans le département de Dakar car nous avons beaucoup à dire sur le TER et ses impacts sur nos vies. Le Projet nous a lourdement appauvris alors qu’il devait participer au développement de nos localités respectives. Nous vivons dans la précarité depuis la mise en œuvre de ce projet. Des trois départements impactés que sont Dakar, Rufisque et Pikine, nous sommes le seul département qui n’a pas bénéficié d’une bonne application du Plan d'Action de Réinstallation (PAR). Les propriétaires qui sont dans leur droits et qui doivent recevoir leurs indemnisations sont oubliés par l’État du Sénégal et la Banque Africaine de Développement depuis 4 ans maintenant ».


A la fin de la formation les femmes ont témoigné leur reconnaissance à leur partenaire LSD qui non seulement leur a permis d’acquérir des connaissances sur les outils numériques et l’utilisation des réseaux sociaux pour leur plaidoyer mais leur a aussi fourni des smartphones de dernière génération comme outil de travail.




9 vues0 commentaire