Rechercher

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Dernière mise à jour : 14 sept. 2020

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique dont souffre déjà la zone, la centrale menace de pollution l’ensemble de la ville de Bargny. Le secteur de la pêche est particulièrement touché.


Rencontre avec Fatou Samba, présidente de l’association des femmes transformatrices de poisson. Ces femmes travaillent à quelques mètres à peine de la centrale. L’association est accompagnée par l’organisation Lumière Synergie Développement, membre du réseau WoMin soutenu par le CCFD-Terre Solidaire.


Située dans la région de Dakar, la ville de Bargny abrite une population de pêcheurs-agriculteurs. Les habitants se consacrent à l’agriculture lors de la saison humide et à la pêche lors de la saison sèche.

Ces cycles leur permettent d’assurer leur souveraineté alimentaire. Ainsi, libérés de toute dépendance alimentaire vis-à-vis de l’Etat, ils arrivent même à vendre leurs excédents de produits halieutiques aux pays voisins. Comme le précise Fatou Samba :

« Les Guinéens, les Maliens, les Burkinabés viennent acheter nos produits parce qu’ils n’ont pas d’océan. »

Mais en 2009, le gouvernement annonce qu’un terrain de 120 hectares a été vendu à la Senelec, Société d’électricité du Sénégal. Objectif : construire une centrale à charbon afin de produire de l’électricité.

CCFD TERRE SOLIDAIRE





9 vues0 commentaire